Article 0

Infirmier Américain évacuation LCV, Normandie. [VENDU]

Infirmier américain soignant un soldat allié qui vient d’être embarqué dans un LCV (péniche de débarquement).
La péniche l’évacue vers un navire qui les ramènera de la côte française en Angleterre. Photo prise lors du débarquement, transmise le 9 juin 1944.

Tirage papier original Seconde Guerre mondiale de l’armée américaine destiné à la presse. L’ensemble des photos destinées à la presse étaient soumises au contrôle de Office of War Information basé à Londres, sont rôle était de contrôler le flux d’informations diffusées lors des combats,…
Tirage original sur papier glacé en excellent état de conservation.
Format du tirage, bords blancs inclus : 29.9 cm x 20.5 cm.
Une pièce idéale pour tout collectionneur de casques M1 ou de matériel médical.

Les articles proposés à la vente sur le site usmilitariacollection.com sont des articles originaux garantis d’époque, sauf mention contraire explicitement indiquée dans la description de l’article. Cette garantie d’authenticité est signifiée sur chaque facture, cette garantie d’authenticité est valable à vie.

Description

Infirmier Américain évacuation LCV, Normandie.

Infirmier américain soignant un soldat allié qui vient d’être embarqué dans un LCV (péniche de débarquement).
La péniche l’évacue vers un navire qui les ramènera de la côte française en Angleterre. Photo prise lors du débarquement, transmise le 9 juin 1944.

Tirage papier original Seconde Guerre mondiale de l’armée américaine destiné à la presse. L’ensemble des photos destinées à la presse étaient soumises au contrôle de Office of War Information basé à Londres, sont rôle était de contrôler le flux d’informations diffusées lors des combats,…
Tirage original sur papier glacé en excellent état de conservation.
Format du tirage, bords blancs inclus : 29.9 cm x 20.5 cm.
Une pièce idéale pour tout collectionneur de casques M1 ou de matériel médical.

Le rôle de l’Office of War Information

L’Office of War Information (OWI) a été créé le 13 juin 1942 sur ordre du président Franklin D. Roosevelt. Sont rôle était de contrôler le flux d’informations diffusées lors des combats. L’OWI avait deux divisions principales : un bureau national américain et une branche en Europe placée sous le contrôle du quartier général du Général Dwight Eisenhower, commandant suprême des forces alliées en Europe (SHAEF).


Le marquage médical des casques M1.


La première apparition de marquages sur les casques M1.

La première utilisation d’un marquage médical sur les casques M1 est apparue au cours de l’opération Torch en Afrique du Nord vers le milieu de l’année 1943. Un grand nombre d’hommes du personnel médical subissaient régulièrement des pertes. L’interrogatoire de soldats allemands a révélé que le brassard conventionnel de la Croix-Rouge porté sur le bras gauche n’était pas toujours visible lors les combats. Une enquête a été ouverte, les rapports des campagnes nord-africaines et méditerranéennes ont été étudiés de manière approfondie. Il fallu un certain temps pour remédier à la situation. Entre temps, le personnel médical utilisa un second brassard placé sous le filet de camouflage du casque. Certains hommes ont utilisé un brassard porté sur les deux bras pour une meilleure identification. Les infirmiers ont commencé à peindre le symbole de la croix rouge directement sur le casque lui-même. Cet usage s’est généralisé sur théâtre italien, puis étendu à l’ensemble de l’ETO après le débarquement en Normandie.


Le 6 juin 1944.

Il semble que le département médical ait eu peur de la réaction de l’ennemi lors du débarquement du 6 juin 1944. Les médecins et infirmiers se sont abstenus de porter un marquage de la Croix-Rouge sur leurs casques.  Cela se remarque sur les photos prises lors du débarquement à quelques exceptions mineures.


Juillet 1944, autorisation et généralisation des marquages.

Ce n’est que lors de la progression à l’intérieur des terres, après deux mois de combat et une analyse des accidents de tir impliquant du personnel médical que les commandants d’unités ont conclu que les Allemands respectaient la Convention de Genève. Certains infirmiers ont donc commencé à porter des brassards aux deux bras et ont commencé à peindre des croix rouges non réglementaires sur leurs casques M1 comme ce fut le cas sur le théâtre méditerranéen. À la fin du mois de juillet 1944, le XIXe Corps Médical a officiellement autorisé le marquage des casques peints afin de rendre plus visibles les symboles de la Convention de Genève sur les hommes et les véhicules.


 Lien vers les photos du site Archives Normandie mis en place par le conseil régional de Basse-Normandie et les Archives nationales des États-Unis et du Canada. Plus de 4 000 photos, prises en 1944.

Toute reproduction, même partielle, de l\\\'un des contenus du site usmilitariacollection.com est rigoureusement interdite.